dimanche 24 janvier 2010

La race charolaise développée avec brio...nnais...

Les historiens brionnais connaissent bien Emiliand MATHIEU, un marchand fermier de "Chaumont" au sein de la seigneurie d'Oyé, qui est devenu l'un des plus grands marchands de bestiaux du Brionnais.
Emiliand Mathieu fut le premier à faire conduire jusque vers les foires et marchés parisien,les boeufs blancs du charolais.
Malgré la longueur du périple qui pouvait durer près de 2 semaines, il développa son projet et fît fortune dans l'embouche, en même temps que celle de son pays natal, le Brionnais, et connut ainsi une ascension sociale fulgurante.

Les marchands-fermiers sont à l'epoque, des personnages qui ont un statut social relativement elevé au sein du tiers-état. Ils sont en général eux-même propriétaires d'un domaine et peuvent en parallèle en exploiter plusieurs autres pour le compte de seigneurs locaux de petite ou plus grande noblesse.
ILs sont un peu les ancêtres de nos entrepreneurs contemporains avec une forte capacite d'embauche (de maîtres laboureurs ou grangers qui eux-même peuvent aussi embaucher des journaliers ou des manoeuvres), d'organisation et de comptabilité.

Emiliand MATHIEU, né en 1702 est le fils de Charles MATHIEU et Françoise TIXIER (x1698) et il épouse Philiberte MONTMESSIN en 1728, d'une autre grande famille de marchand fermiers de Prizy.
Petit-fils de Jean MATHIEU et Claudine DUFOUR (x1662).
Arrière-petit-fils de Benoit MATHIEU et Jeanne PACAUD (x1639)
Arrière-arrière-petit-fils de Jacques MATHIEU et Claudine CIRCAUD (x1620)
Arrière-arrière-arrière-petit-fils de Michel MATHIEU et Philiberte DURIX (x vers 1585)

Emiliand MATHIEU devenu bourgeois, mariera son fils Claude-Henri MATHIEU, né en 1738 avec Antoinette PATURAL issue d'une famille de la bourgeoisie Roannaise, qui lui-même s'installe dans le Nivernais comme fermier général de la terre d'Anlézy propriété des Damas, famille noble issue des de Semur du Xiè siècle.
Il fut ainsi limportateur de la race dite charolaise -sinon Brionaise en réalité...- dans la Nièvre, le Bourbonnais et le Cher. En faisant fortune, il fit également celle de son pays dadoption.

La Terre d'Anlezy, à mi-chemin entre le Brionnais et la région parisienne permettait ainsi de faciliter l'exportation des cheptels charolais et Brionnais vers la Capitale.
La descendance des MATHIEU s'alliera au DEMOLE issue de Vauban dont sortira Emile DEMOLE, Avocat puis Sénateur et Ministre de Travaux-Public puis de La Justice au 19ième siècle.

Dans la base GenCHARO, il est possible de voir qu'au fil des décénies et des générations, ce sont les grandes familles de marchand fermiers issues du Brionnais qui ont progressivement implantées leur branches descendantes en direction du terroir Charolais. Et non l'inverse...La race charolaise ne serait-elle donc pas en fait la race brionnaise...?

En fait les marchand fermiers brionnais ont conceptualisé le métier d'eleveur-emboucheur (les animaux bovins servaient à l'origine à tracter les outils de labour ou les charettes) et ont bénéficié pour développer leur affaires de la qualité des pâtures charolaise qui sont venues completer l'offre disponible de pacage au-delà des surfaces du Brionnais, devenues très rapidement trop exigues.

Parmi ses familles issues du Brionnais on peut citer les CIRCAUD, DESPIERRES, MONTMESSIN, POLETTE, PACAUD, BERLAND, DUCERF, DUMONT, DEVERS, PEGON, PEGUET, etc...et tant d'autres

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire